1 Jul

Je suis très contente de faire partie de cette 22e édition !

festival-poesie-caraquet-wp

Activités

APÉRO-POÉSIE AVEC LES ÉDITIONS PRISE DE PAROLE
2 AOÛT 2018 – 17 H 00 – 18 H 00
Foyer du Centre culturel de Caraquet
Gratuit
Ouvert à tous

Si elles se disent “ancrées dans le Nouvel-Ontario”, les éditions Prise de parole ne s’empêchent pourtant pas de larguer les amarres pour une virée en Acadie. Question de vous mettre en appétit pour le Festival qui prend son élan, c’est le moment idéal d’aller sonder la zone de rencontre entre l’Acadie et l’Ontario francophone.

Avec lectures des poètes Sylvie Bérard et Thierry Dimanche, qui seront intercallées de vidéopoèmes de Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc.

http://www.fapoesie.ca/fr/apero-poesie-avec-les-editions-prise-de-parole

screenshot-fap-wp

2 AOÛT 2018 H (JOUR ENTIER) – 5 AOÛT 2018 H (JOUR ENTIER)
Mur extérieur de la Galerie d’art Bernard-Jean
Centre culturel de Caraquet
Gratuit
Ouvert à tous

Exposition éphémère de vidéopoèmes par Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc.
Du 2 au 5 août seulement, projection en continu des vidéopoèmes du projet multimédia Everglades, qui allie essai poétique, vidéopoésie et marches sonores. Le projet invite à une prise de conscience du passage de l’être humain dans la biosphère et de ses conséquences, des traces qu’il y dépose; il propose une ré exion sensible et troublante sur la communion avec l’environnement et les forces de la nature.

http://www.fapoesie.ca/fr/everglades-0

 

Festival acadien de poésie

24 Jun

My video Cultural Floatsam is part of the FILE São Paulo 2018.

file-2018-wp

Here is the program:

FILE ONLINE VIDEOART

1.Alejandro Thornton – Deriva – Argentina
2.Alejandro Thornton – Jumping – Argentina
3.Andrea Familari – Untitled – Germany
4.Toni Mitjanit – AAAC: An Autonomous Agent Choreo – Spain
5.Anuar Elías – Quehuaya – Bolivia
6.Bittler Bernard – Materia Obscura – France
7.Brit Bunkley – Godzone – New Zealand
8. Camilo Hermida – Three-Dimensional – Colombia
9.Chrischa Venus Oswald – True – Germany
10.Daniel H. Dugas – In Kisii – Canada
11.Dehors/Audela – Crocevia – Italy
12.Fabian Kühfuß – Nintendogs – Germany
13.Fran Orallo – The God Of Small Things – United Kingdom
14. Fran Orallo – The Subtle Levitation Of Everyday Objects – United Kingdom
15.Guli Silberstein – Stuff As Dreams – United Kingdom
16. Igor Bahia – eu; quebrando o espelho dentro do outro espelho – Brazil
17. Jerónimo Veroa – Debug Landscape – Argentina
18.Jerónimo Veroa – Gradual – Argentina
19.Jerónimo Veroa – Emptiness Against Landscape – Argentina
20.Katherina Tsirakis – Janaxpacha – Brasil | Brazil
21.Lei Han & Wayne Kirby – Hun Dun – United States
22.Lei Han & Wayne Kirby – Wei Shi – United States
23.Lilian Döring – Emancipator: Rowbite Plexus Experiment – Brazil
24.Marcell Andristyak – IN Corp. – Hungary
25.Marco B. Fontichiari – Primal – Italy
26.Mark Tholander – We Were Waiting For a Train – Denmark
27.Marta Di Francesco – Ariadne’s Thread – United Kingdom
28.Marta Di Francesco – Janus – United Kingdom
29.Massimo Vito Avavtaggiato – Atlas Of Uncertainty – Italy
30.Maurício Chades – Buraco Branco – Brazil
31.Maurício Chades – O Vídeo de 6 Faces – Brazil
32.Mauricio Sáenz – Dakhla – Mexico
33.Mauricio Sáenz – The Origin Of Stones – Mexico
34.Meike Redeker – The Bridge – Germany
35.Minus.log: Giustino Di Gregorio & Manuela Cappucci – 15” Away – Italy
36.Muriel Montini – A night, stars – France
37.Muriel Montini – Young Woman With a Straw Hat – France
38.Neryth Yamile Manrique Mendoza – Inserciones – Colombia
39.Pablo-Martín Córdoba – L’inter-code – France
40.Rodrigo Faustini – Garoto Transcodificado a Partir de Fosfeno – Brazil
41. Rei Souza – Mundo LXXV – Brazil
42. Salar Niknafs – Displaced – Australia
43. Sandra Crisp – Perpetual Browse_r – United Kingdom
44.Sebastian Tedesco – Alze #1, #2, And #3 – Argentina
45.Sonia Li – Movement – United States
46.AUJIK – Dwellers – Japan
47.Stefano Miraglia – Anoche – France
48.Susanne Wiegner – An Lou Andreas-Salomé – Germany
49.Thiago Sacramento – G – Brazil
50.Turbida Lux – Welcome To My Secret Garden – Norway
51.Valerie LeBlanc – Cultural Flotsam – Canada
52. Oo.: Jeroen Cluckers, Michaël Verlinden & Jasmijn Lootens – Kosmos – Belgium

 

FILE São Paulo 2018: The body is the message
Electronic Language International Festival

EXHIBITION

OPENING
03 july, Tuesday, 7h30pm

VISITATION
Art Galery
04 July to 12 August 2018
Tuesday to Saturday, from 10h to 22h
Sundays from 10 a.m. to 8 p.m.

FILE LED SHOW
Digital Art Gallery
Every day, 10:00 to 20:00

FREE ENTRANCE

FIESP Cultural Center
Av. Paulista, 1313
In front of the Trianon-Masp subway station
centroculturalfiesp.com.br
file.org.br

#FILEnoSESI #SesiSP #CentroCulturalFiesp

Group bookings: Mondays to Fridays, from 10:00 to 18:30, by telephone: 11 3146-7439

.

Press information about the exhibition:

Simon Widman
Simon.widman@esp2.com.br
+55 11 99936-7948
Amanda Prato Viana
+55 11 94966-5765

12 Jun

Flags as markers of existence – While no one was obviously present during a visit to the wharfs in Caraquet, the noise of the flags struck me as standing in for the voices of everyone who had stood there before me.

Le drapeau est un symbole d’un territoire, d’une existence, d’une présence. Alors que j’étais seule sur un quai à Caraquet au Nouveau-Brunswick, le bruit des drapeaux qui claquaient au vent m’a interpellée. J’entendais la voix de tous ceux qui étaient venus à cet endroit avant moi.

4K video
Duration: 1 min 54 sec.

COMMUNIQUEZ-AVEC-MOI-HD-cbr-20 from Basic Bruegel on Vimeo.

27 May

Our – Daniel H. Dugas and Valerie LeBlanc – video Dreams, which is part of our project Oasis has been shown at INTERFACE|Video Art Event, IXth edition in Romania

VL-DHD-Dream-1-both-sides-3-wp

VL-DHD-dream2-both-sides-2-wp

VisualContainer selection:
Lino Strangis, The dance of wired emotions, 5:15, 2016
Barbara Brugola, Loop, 8:38, 2017
Lucia Veronesi, Seduti nell’oscurità è tutto più chiaro, 4:00, 2017
Flavio Scutti, Rides, 5:26, 2016
Debora Hirsch, ETIX, 1:33, 2003
Cristobal Catalan, Space Scream, 8:00, 2017
Sonia Armaniaco, Disturbed glance, 2:48, 2015

 

Conflux selection:
Basic Bruegel (Valerie LeBlanc and Daniel H. Dugas), Dreams, 05:58, Canada;
Blas Payri, Three glances at Bacome, 04:40, 2016, Spain;
Christian Merrill, Collapse, Replace, Rebuild, 01:21, 2018, United States;
Damon Mohl, Night Clerk, 01:35, 2017, United States;
Daniel Antal Ary, Sequence, 2018, Universitatea Creștină Parțium, Romania;
David Webber, Letter I, 02:01, 2018, United States;
Eija Temisevä, And suddenly – you realize, 02:32, 2017, Finland;
Guli Silberstein, Impressure, 04:34, 2017, Israel;
Jenny Herrick, Duel, 05:00, 2018, United States;
Juan Carlos García-Sampedro Ferrero, I have come, 04:45, 2018, Spain;
Juliane Saul, Regression, 02:50, 2017, Germany;
Kai Welf Hoyme, Skeleton, 04:34, 2016, Germany;
Kimberly Burleigh, Periphery, 04:53, 2016, United States;
M. Dianela Torres, Uno no es tan débil como para sucumbir ante situaciones así, 04:36, 2017, Mexico;
M. Kardinal, Silencers, 04:57, 2017, Germany;
Marcela Alcalde, Audacia del Tiempo, 03:07, 2017, Argentina;
Mark Freeman, Body/Bag, 02:45, 2017, United States;
Michael Lyons, Film Loop 31: Shisendo, 01:30, Canada/U.K;
Nataša Prosenc Stearns, Untitled (Torso), 03:35, 2016, United States;
Oguzhan Kaya, Propaganda, 03:20,2017, Turkey;
Pierre Ajavon, Full Moon, 02:40,  2018, France;
Pierre Villemin, Glacies, 08:00, 2017, France;
Rafel Arnal, Ferran, 03:07, 2018, Spain;
Robert Sirvent, Dynamic within static (Dinámico en estático), 03:07, 2018, Spain;
Romain Claris, Cousins of clouds, 01:00, 2017, France;
Sevcan Sönmez, I feel like, 03:26, 2017, Turkey;
Steven Fraser, What It Feels Like, 03:00, 2018, United Kingdom;
Tereza M.Matza. Nyctophobia, 2018, Romania;
Theodora Prassa, Lavyrinthos, 02:45, 2017, Greece;
Vasilica Roman, Beyond the Limit.The Quest, 03:39, 2018, University of Oradea, Romania;
Vojtech Domlatil, Waves, 03:00, Czech Republic;
Zlatko Cosic, Story 2: Scenes 1-9, 05:00, 2017, Yugoslavia.

INTERFACE-poster-face-Ro-WP

INTERFACE-poster-verso-EN-WP

Being able to tridimensionally process images on digital devices allows the video artist to materialize his/her ideas through philosophical approaches of the virtual space, approaches that consider reality the base for future premises.

The interface must be understood not pejoratively, as a superficial surface or a simulation without any conceptual consistency, but as a succession of images representing the same object of reference, transformed in different ways by the artist without losing the concept.

Our proposal is to create hypothetical universes, alternative realities characterized by flexibility and conexions simultaneous to the imaginary world; realities that elude physical, ideological, aesthetic restrictions.

In this manner, the artist selects from the environment and its belonging phenomena, certain features that he/she will eventually either simplify or enrich with abstract elements belonging to the virtual space. Using diverse digital instruments, the artist delivers the idea that dominates the concept of the video project.

The result is an Interface that structures access to the succession of the created video images, that does not depend upon the researched reality because it evolves differently based on the video artist’s subjective and autoreferential choices.

Thus, two apparently contradictory worlds fusion and meet in the world of ideas and they become encrypted, transformed and reinterpreted inside the features and the concept of the future video art film. Although the reality we refer to hallmarks the artistic/aesthetic concept depending on the artist’s choices and attitudes, on his/her perspective on the referential element, the mark that is based on reality will not be visible any longer and therefore, the new image questions the credibility aspect.

The thus created video art brings into discussion the issue of promoting through images the way of perceiving reality through subjectivity, game, scenario, multiple hyper-realities and simulation inside the created virtual space. The end is the destruction of overused conventions on image interpreting; the traditional way of thinking is changed and prejudices about the image itself, about the relation between real and imaginary space, are broken.

We discover, therefore, a virtual labyrinth of ideas that counts on the numerous self-referential elements, apparently simultaneous and arbitrary, dominated by an aesthetic, conceptual chaotic diversity; contrary to this, the video image is an interface between reality and the artist’s video-conceptual subject.

Curator׃ Associate Professor Dr. Gabriela Diana Bohnstedt Gavrilaș

 

INTERFACE |Video Art Event,  IXth edition will be presented from 05. 19-20, 2018 from 19-02 PM at the White Night of Museums to The Museum of Ţǎrii Crişurilor in Oradea within The days of Țării Crișurilor Muzeum,  University of Oradea, Visual Arts DepartmentFaculty of Arts, Romania and in June in Italy at visualcontainer.org, visualcontainer.tv, box Videoart Project Space Milano, dotbox.it.

https://videoartevent.wordpress.com/

14 Apr

in-the-swamp-b-wp

Le Regroupement des Éditeurs Franco-Canadiens (REFC)
par Alice Côté Dupuis
4 avril 2018

Vision poétique d’un endroit atypique

Partenaires dans la vie comme dans la création, les poètes Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc se spécialisent dans la vidéo-poésie depuis le milieu des années 1980. C’est en utilisant les images et le texte pour dire et évoquer que le couple nous propose un voyage poétique dans le Parc national des Everglades, aux États-Unis, dans Everglades, un ouvrage qui n’a toutefois rien du guide touristique, paru aux Éditions Prise de parole.

Les Everglades, en Floride : l’un des plus grands parcs nationaux des États-Unis, avec ses 1,5 million d’acres; une véritable rivière d’herbes à l’écosystème fragile, une zone humide importante où un système de rivières coule vers le sud-ouest de l’État. Il y avait certainement là de quoi inspirer au tandem Dugas-LeBlanc de nombreux textes et aussi, beaucoup d’images. C’est en juillet 2014 que les deux s’y rendent la première fois, après avoir été acceptés comme artistes en résidence; mois durant lequel ils multiplieront les explorations, tantôt avec une botaniste, tantôt avec un hydrologiste, toujours en étant impressionnés par la grandeur et la beauté de la nature.

Après avoir exploré l’ensemble du Parc, ce qui nous avait interpellé, c’était vraiment la présence humaine dans le paysage, que ce soient les interventions qui ont été faites au niveau de la canalisation, comme à Chekika, ou encore dans le milieu du Parc, où on retrouve par exemple une base de missiles construite dans les années 1960 durant la crise des missiles de Cuba, raconte Daniel H. Dugas, visiblement vivement marqué par cette expérience hors de l’ordinaire. Au terme de ce mois d’exploration, le couple a réalisé douze vidéo-poèmes ainsi que douze marches sonores qui sont disponibles pour écoute en ligne, sur le web, et après, on s’est dit que le but, ce serait de faire un livre avec tout ça, parce qu’on mélange images et textes, et le livre permet de véhiculer l’ensemble du projet d’une belle façon.

Leur inspiration est donc surtout venue de la présence humaine, mais aussi de la métaphore du marais, qui a toujours eu une connotation négative (en anglais, quand on est super occupés, on dit qu’on est swomped ou en français, tu as tellement de travail que tu es submergé) mais qui, raconte le poète, est au fond l’une des plus grandes éponges naturelles qui filtre l’eau. C’est vraiment important et incroyable en même temps, alors on a voulu jouer là-dessus, sur la métaphore du marais, du marécage, mais on a aussi voulu souligner l’influence de l’être humain sur la nature. Mais je crois que malgré tout, il y a aussi l’aspect de la vivacité et de la résilience de la nature qui ressort dans le livre, ajoute celui qui a été marqué par l’immensité du lieu, qu’il qualifie de grande force de la nature sur la planète.

Dans le livre, l’accent est sur les images et les textes qu’on a fait, mais surtout sur les liaisons entre les deux. C’est poétique, nous rappelle Valérie LeBlanc, qui elle, a été frappée par la grande paix et la tranquillité qu’elle a retrouvées dans cet environnement particulier, où beaucoup d’animaux – dont plusieurs dangereux, comme des pythons – rôdent aussi. Les artistes, comme les poètes qui utilisent des mots qui sont dans le dictionnaire, utilisent du visuel qui existe dans la nature et les transforment pour dire des choses, comme les poètes transforment des mots pour aussi dire des choses, illustre Daniel H. Dugas pour expliquer leur travail de surimpression et de transformation des images dans leurs vidéo-poèmes.

Pour le tandem, l’image, tout comme le mot, suggère et évoque : les métaphores et autres procédés existent aussi dans l’art visuel. Nous sommes tous les deux impliqués dans le texte et l’image, depuis plusieurs années; c’est notre spécialité. Les mots amènent des images aussi, avance Valérie LeBlanc, tandis que son partenaire insiste sur l’interrelation entre le texte et l’image dans leur œuvre : entre le texte et l’image, il y a toujours un va-et-vient de l’œil, et aussi de l’imaginaire. Les deux se complètent, s’entrecroisent, se propagent; il y a quelque chose qui se passe au niveau de l’interaction entre les deux. Daniel H. Dugas trouve d’ailleurs que c’est là que réside l’intérêt pour le lecteur : le fait de devoir, en quelque sorte, remplir les cases blanches entre le texte et l’image et imaginer les morceaux qui manquent.

Cité en exemple, le vidéo-poème The Hole in the Donut, à propos d’une forêt d’une trentaine d’acres dans le Parc national qui a été rasée jusqu’à la roche en raison d’une espèce envahissante qui a fait des dommages au lieu, pour lequel Dugas et LeBlanc ont surimprimé des images de topiaires – des animaux sculptés dans de la verdure – qui surgissent de la roche pour prendre position sur un terrain qui semble hostile. Ça représente l’interférence humaine, le changement que les humains veulent imposer sur la nature, explique Valérie LeBlanc, avant de citer un autre exemple : le texte La mort le matin, écrit à la mémoire du premier garde forestier du Parc à protéger les oiseaux à plumes, en raison du braconnage au début du XXe siècle. En prenant des images sous-marines de la baie de la Floride et en surimprimant des images de femmes avec des chapeaux de mode à plumes, la paire envoie un message plutôt clair.

Sur La dernière panthère, une des marches sonores de cet ouvrage bilingue français-anglais, les deux posent aussi des questions sur l’existence des humains en parallèle avec celle des animaux sauvages, et comment on négocie la présence de chacun. Finalement, si Everglades n’est pas un guide touristique, il est certain qu’il permet néanmoins de découvrir d’un point de vue très singulier cet endroit atypique, et de faire réfléchir le lecteur à l’importance de la diversité humaine et naturelle. Mais ce que Valérie LeBlanc souhaite que leur livre évoque, c’est surtout que l’environnement a beaucoup à offrir. Il faut prendre le temps de tout voir réellement; c’est important d’être vraiment là, dans le moment présent, d’observer et de s’imprégner.

L’ouvrage de poésie texte-images Everglades, de Daniel H. Dugas etValérie LeBlanc, est paru aux Éditions Prise de parole.

 

http://refc.ca/56-everglades-de-daniel-h-dugas-et-valerie-leblanc/

 

About Valerie LeBlanc


Originally from Halifax, Nova Scotia, pluri-­disciplinary artist and writer Valerie LeBlanc has worked in Canada, the United States, Europe, and Australia. Her creations travel between poetry, performance, visual and written theory. Valerie LeBlanc has been creating video poetry since the mid 1980’s, and is the creator of the MediaPackBoard (MPB), portable screening / performance device.

L’artiste pluridisciplinaire Valerie LeBlanc est vidéaste, poète, performeuse et essayiste. Son travail oscille entre le remarquable et le quotidien. Elle a exposé ses œuvres en Europe, en Australie et au Brésil. Elle crée des vidéopoèmes depuis le milieu des années 1980 et a inventé le MediaPackBoard (MPB), un appareil de projection mobile pour la performance.

Everglades
À partir de leur exploration du parc national des Everglades, Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc cartographient dans cet essai poétique les effets de la présence humaine sur le milieu naturel, les traces qu’elle y dépose. Everglades est une ode à la beauté, à la fragilité et à la résilience d’une nature aux prises avec une espèce envahissante, la nôtre.

Everglades
Through their exploration of the Everglades National Park, Daniel H. Dugas and Valerie LeBlanc document, in this poetic collection, the effects of human presence in the natural world and the traces left behind. Everglades is an ode to the beauty, the fragility and the resilience of nature faced with the invasiveness of a particular species, ours.

Date : Mars 2018
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782897441029
Français/English

Prise de parole


http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=1264

Archives